Pour une touche sucrée, plongez dans l’histoire de la gaufre belge

Pour une touche sucrée, plongez dans l’histoire de la gaufre belge

Les ancêtres de la gaufre.

Bien entendu, nous avons déjà pris plaisir à déguster une gaufre au sucre bien fumante, pour se réchauffer le cœur en été comme en hiver. Mais savons-nous quelle en est son origine ?

La légende raconte que les gaufres étaient originellement faites simplement de farine et d’eau, et mangées en guise de plats salés. Restant assez simples et peu savoureuses, elles pouvaient toutefois remplacer le pain. C’est au XIIIè que le moule quadrillé, rappelant les ruches des abeilles, a été pensé par un forgeron. A ce moment-là apparaît aussi le terme de gaufre, appellation française. Mais à ce stade, nous n’en sommes encore qu’à une ébauche de gaufre, bien loin des belges que nous prisons tant aujourd’hui.

 

Les gaufres belges : une évolution progressive.

Après ce long développement historique notamment en France, certaines évolutions ont mené à l’apparition des gaufres belges, qui devinrent rapidement de véritables spécialités locales. Ainsi, c’est grâce à un artisan flamand du XVè siècle qu’ont pu apparaître les moules à gaufres, permettant une mise en forme par coulage.

Du salé au sucré

Et c’est au XVIIIè siècle que les gaufres sont passées de simples en-cas salé à de véritables gourmandises sucrées. L’eau s’est vue remplacée par du lait, les œufs ont été intégrés à la recette, ainsi que des touches miellées pour encore plus de douceur. Et si nous connaissons plusieurs variétés de gaufres, la raison est simple : originellement spécialité des Flandres, ses évolutions ont commencé à diverger lorsque les Flandres se sont vues être séparées entre la France, la Belgique et la Hollande !

 

La gaufre liégeoise au sucre perlé

Il est dit que la gaufre de Liège remonte au XVIIIè siècle, pour satisfaire le Prince de Liège, désireux de pouvoir déguster une pâtisserie aux gros morceaux de sucre. C’est donc grâce au cuisinier du prince que cette spécialité serait entrée dans les annales culinaires de la Belgique. Et effectivement, la gaufre liégeoise se caractérise par sa densité, ainsi que par son sucre perlé craquant dont nous sommes si nombreux à raffoler !

Nous la reconnaissons aussi via sa forme ovale, et ses contours parfois irréguliers.

 

La légèreté de la gaufre de Bruxelles

La gaufre de Bruxelles, quant à elle, est de forme rectangulaire, et se caractérise par son aspect très léger. Toutefois, nous pouvons noter que, si la levure est capable de lui offrir cette texture aérienne, elle n’était toutefois pas mentionnée dans la toute première version de la recette des gaufres de Bruxelles, faite exclusivement de blancs en neige ! Contrairement à la gaufre de Liège, elle est naturellement moins sucrée et peut être saupoudrée de sucre en guise de garniture, selon les goûts de chacun.

 

La gaufre à toutes les sauces.

Pour se faire plaisir, et ce quelle que soit la saison, les gaufres belges peuvent être agrémentées selon les envies. Par exemple, il sera possible de les napper de chocolat et de les accompagner de rondelles de bananes, si vous êtes un grand adepte de cacao !

Dans la même optique, si la saison s’y prête, pourquoi ne pas opter pour une bonne couche de chantilly et de fruits bien frais, qui recouvriront votre gaufre avec gourmandise ? Fraises, rondelles de kiwis, grains de raisins : tout est envisageable.

Les puristes s’en tiendront quant à eux certainement à un peu de sucre glace, à associer au goût vanillé de cette pâtisserie certes simple mais qui se suffit déjà amplement à elle-même.

Attention pour conserver son croustillant et sa saveur, la pâte de la gaufre belge doit être conservée au frais dans un bac inox adapté.

 

Le succès international de la gaufre belge !

La réputation de la gaufre belge

La réputation de la gaufre belge n’est en effet plus à faire : en guise de dessert au restaurant, sur les fêtes foraines, à la maison, ou sur le pouce, il est possible d’en retrouver partout. Et cette universalisation de la gaufre ne date pas d’hier ! Par exemple, nous retrouvions les gaufres de Bruxelles sur les stands de l’Exposition universelle de New York de 1964, qui a permis de populariser cette gourmandise de l’autre côté de l’Atlantique. C’est d’ailleurs au Etats-Unis qu’y furent ajoutés la chantilly et les fraises !

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.